Charlotte Perriand, vivre en accord avec son temps

S'il est une femme libre, passionnée, généreuse et à la créativité débridée, c'est bien Charlotte Perriand. Sa profonde réflexion sur l'habitat moderne l'a guidée toute sa vie.

Biographie

Date de naissance 24/10/1903
Lieu de naissance Paris
Pays France
Décès 27/10/1999

Charlotte Perriand, une jeune femme au caractère bien trempé

Charlotte Perriand, fraichement diplômée de l'Union centrale des arts décoratifs en 1925, est vite remarquée par ses créations de mobiliers avant-gardistes. Pour son propre usage, elle imagine une table extensible en bois et aluminium à l'ingénieux système déroulant. Elle revisite aussi un tabouret de cuisine pivotant pour en faire un fauteuil aux coussins de cuir. En 1927, Charlotte Perriand force la porte de Le Corbusier ; celui-ci l'engage après avoir vu ses créations exposées au Salon d'Automne. Elle conçoit l'équipement des habitations que l'architecte dessine avec son cousin Pierre Jeanneret. Durant leur collaboration de dix ans, tous trois signent des oeuvres majeures. Parmi elles, l'ingénieuse Chaise longue B 306 ou le Fauteuil Grand Confort, réinterprétation de l'emblématique fauteuil club anglais.

L'architecture minimale

Face au développement urbain et soucieux du bien-être de la population, Charlotte Perriand et ses acolytes souhaitent rationaliser l'espace et rendre les logements réduits plus adaptés au mode de vie moderne. Ils trouvent la formule du logement minimum. Avec eux, les cloisons coulissent, la maison évolue selon les activités du moment. Forte de ces théories, Charlotte Perriand conçoit des logements pour étudiants, des maisons de week-end et des refuges de montagne. Elle travaille à des concepts de cuisines intégrées et salles de bains monoblocs. La station les Arcs, réalisée dans les années 1960, est l'aboutissement des recherches de l'architecte-designer sur l'habitat collectif et l'aménagement intérieur. Derrière de grandes baies vitrées, un ingénieux petit logement offre un confort maximum.

Charlotte Perriand, la rencontre entre modernité et tradition

En 1940, Charlotte Perriand est invitée par le Japon pour une mission de conseillère en art industriel. Bloquée dans le pays du fait de la guerre, elle découvre la culture japonaise et son remarquable artisanat. Elle retrouve dans la modularité des constructions, l'harmonie entre l'espace intérieur et l'extérieur, l'esprit de ses recherches auprès de Le Corbusier. Dès lors, l'influence japonaise marque l'oeuvre de Charlotte Perriand à laquelle elle apporte la souplesse et la douceur du bambou. De la même façon, la créatrice intègre le jonc tressé et le bois exotique à ses productions après avoir résidé au Brésil. Entre commandes privées et officielles, à côté de productions en série, elle crée également des pièces uniques et trouve l'accord parfait entre tradition et modernité.