Tricot : conseils avisés pour débutantes

Le tricot est à la mode et attire de plus en plus de nouvelles adeptes. Voici quelques conseils aux débutantes pour acheter le matériel adéquat, lire les bons ouvrages ou réussir ses premiers points.

© Christopher Lewis/123RF

Depuis quelques temps, on observe un regain d'intérêt pour le tricot. Il faut dire qu'aujourd'hui, le temps libre laisse plus de place aux loisirs. Pour Françoise Tellier-Loumagne, professeure de design textile spécialisée en maille et broderie, la première raison est que "le tricot est un antistress" : on peut tricoter et discuter en même temps, fabriquer des objets et même se créer un look tendance. De plus en plus de jeunes s'y mettent. De manière générale, les gens aiment personnaliser leur maison et leurs tenues avec des choses qu'ils ont fabriquées eux-mêmes. De nombreux clubs s'organisent aussi autour des loisirs créatifs et favorisent les rencontres. Sans compter tous les salons et expositions organisés autour de ces activités…. Aujourd'hui, le tricot est une activité à la mode avec, entre autres, le développement des "cafés-tricot". 

Deux techniques de tricot

Il existe le tricot à la main et le tricot à la machine. Les approches sont totalement différentes. Les gens font d'ailleurs rarement les deux. Le tricot main est assez répétitif et simple dans les réalisations basiques. Cependant, il faut faire attention par exemple, à ne pas perdre les mailles et en avoir toujours le même nombre.… Le tricot machine, lui, est quelque chose de très surprenant: on ne voit pas ce que l'on fait car le chariot cache le mouvement des aiguilles et des fils. Il y a plein de choses que l'on peut réaliser à la machine mais pas à la main, et inversement. Pour les confirmés, on peut faire des mailles spectaculaires à la main, comme les torsades, alors qu'il est plus difficile de faire des gros reliefs à la machine. Selon Françoise Tellier-Loumagne, "le tricot machine est plus un travail". Et il est vrai qu'à la main, on peut plus facilement tricoter confortablement installé dans un fauteuil… chez soi ou n'importe où contrairement au tricot machine.

Comment débuter le tricot ?

Si on débute le tricot main toute seule, mieux vaut s'aider d'un livre spécialisé. Il en existe beaucoup qui expliquent très bien les bases et tous les premiers gestes. Quand on commence par le tricot machine, il faut lire le mode d'emploi de cette dernière. Lorsqu'on achète une machine, on a parfois droit à un certain nombre de cours. On peut aussi apprendre en groupe dans les clubs, avec sa famille, c'est toujours convivial. C'est aussi plus drôle de commencer à plusieurs. Il n'y a pas ni âge ni sexe pour se mettre au tricot.

Pelotes de laine et aiguilles © Cseh Ioan / 123RF

Au début, il faut surtout penser à faire des petits objets faciles, plutôt carrés par exemple : coussins, sacs, porte-téléphones... Ils sont simples à réaliser. A la main, le point mousse est le premier de tous pour les débutants : une maille à l'endroit que l'on répète indéfiniment. Pour le tricot machine, les plus basiques et les plus simples sont le jersey et la côte. Ensuite, on apprend à compter ses mailles et ses rangs, à changer de couleur, à faire la grille d'un jacquard…. Il est possible d'être créatif dès les premiers essais.

Question matériel pour tricoter

Mieux vaut "ne pas commencer avec de trop grosses aiguilles", selon la professeure de maille. En effet, le tricot va plus vite mais on prend aussi de mauvaises habitudes. Avec des plus petites (3, 5 ou 4), on apprend à tenir le fil correctement. Il vaut mieux des aiguilles sans boule au bout pour pouvoir tricoter dans les deux sens. Comme ça, plus besoin de tourner son travail à chaque rang. Côté laine, on évite les fils fantaisie, même si c'est tentant. C'est trop difficile lorsqu'on débute. Il est préférable de commencer avec des fils sobres et pas trop gros.

Le tricot, un loisir pas si onéreux que ça

Pour le tricot main, on a simplement besoin de deux aiguilles et de laine. On peut aussi récupérer des fils à droite à gauche, dans les brocantes... Après, cela varie selon l'ouvrage. Si on tricote un petit objet, c'est moins cher car on a besoin de moins de laine. En revanche, si on fait une couverture, il faudra forcément plus de fils. Et puis, il y a des laines de différente qualité, les très belles matières sont forcément plus onéreuses. Dans l'ensemble, cela reste abordable. En revanche, une machine neuve coûte chère mais on peut en trouver d'occasion sans problème.

(Merci à Françoise Tellier-Loumagne, professeure de design textile spécialisée en maille et broderie, pour ses conseils.)