S'initier au maedup

Le Maedup, vous connaissez ? Cette passementerie ornementale d'origine coréenne est une activité tendance chez les férues d'arts du fil. On vous en explique les bases et on vous offre quelques conseils pour réussir vos premiers noeœuds.

© wklzzz / 123RF

Le Maedup est l'art de confectionner des nœuds ornementaux. C'est une discipline très ancienne, née en Chine aux environs du premier siècle avant J.-C. Elle a connu un grand succès en Asie, notamment en Corée où elle est devenue une véritable discipline artistique, très populaire. Cela consiste à tresser un fil pour créer un nœud. Son originalité est que l'on ne travaille que sur une seule cordelette. Traditionnellement, on s'en servait pour en faire des parures de bijoux, mais aussi décorer des habits. Aujourd'hui, on peut aussi décorer des accessoires pour la maison : des éventails, des instruments de musique, des coussins ou même des cadres de peinture par exemple. On peut tout imaginer, y compris décorer ses meubles de ces nœuds ornementaux. C'est beau et pratique : les couleurs des nœuds contrastent avec la teinte du bois et on peut en changer souvent pour faire évoluer son décor.

Le matériel nécessaire

Pour le matériel, il ne faut pas grand chose, on a même pas besoin d'outils ! Nos dix doigts suffisent pour débuter. On a juste besoin d'une cordelette. Côté compétences, on n'a pas besoin non plus de savoir coudre ou broder. Il faut juste un peu de logique pour apprendre les différents nœuds et surtout une bonne dose de patience.

Les difficultés

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'apprentissage est relativement facile. Il y a 11 nœuds de base et 30 en tout. En commençant par les plus simples, on acquiert rapidement la logique et on peut progresser vite. Si l'on prend des cours afin de maîtriser les fondamentaux, un an suffit à raison d'un cours par semaine. Il ne faut surtout pas se laisser impressionner par les deux mètres de cordelette qui servent à un seul petit nœud. Globalement le plaisir vient vite et on peut raidement repartir avec un collier. On peut aussi débuter à l'aide de bons livres, bien expliqués avec lesquels on fait facilement ses premiers pas.

Les atouts 

Le principal atout du Maedup est que tout le monde peut le pratiquer. Même les enfants ! On n'a besoin de rien pour se lancer et c'est plutôt facile. Par ailleurs, cette technique coréenne offre la possibilité de fabriquer des créations extrêmement variées. En croisant les différents types de nœuds, en mélangeant les couleurs, on peut créer des œuvres très originales. Elle permet de développer ses propres idées. Enfin, lorsqu'on passe deux heures sur un seul nœud, la notion de temps n'est plus la même. Plus qu'un exercice, c'est une philosophie.

(Merci à Kim Sang Lan, professeur de maedup, pour ses conseils)