Eileen Gray, le luxe d'avant-garde

Eileen Gray, femme d'avant-garde, figure parmi les architectes et les designers les plus marquants du XXe siècle. Ses meubles laqués, tapis uniques et architectures modernistes sont considérés à juste titre comme des chefs-d'oeuvre.

Biographie

Date de naissance 09/08/1878
Lieu de naissance Enniscorthy
Pays Irlande
Décès 31/10/1976

La peinture supplantée par les techniques artisanales

Issue d'une famille victorienne, Eileen Gray intègre la Slade School of Fine Art à Londres et espère bien mener sa vie à sa guise loin d'un mariage conventionnel. À la Slade School, elle rencontre la sculptrice Kathleen Bruce et les peintres Jessica Dismorr et Percy Wyndham Lewis. Elle s'installe à Paris en 1902 pour y étudier la peinture. Les techniques de la laque l'intéressent au plus haut point. Elle séjourne entre Londres et Paris pour les approfondir, termine sa formation auprès du maître artisan laqueur Seizo Sugawara à Paris. Parallèlement, Eileen Gray complète son instruction auprès d'Evelyn Wyld avec qui elle découvre la teinture de la laine et le tissage de tapis. Ainsi ouvre-t-elle deux ateliers en association avec ses deux formateurs, un de laque et l'autre de tissage. En 1913, elle introduit la notion de profondeur à son oeuvre avec la fabrication de paravents articulés. Dès lors, l'espace devient le champ d'investigation de la créatrice qui produit des meubles laqués pour le couturier Jacques Doucet et réalise ses premières mises en scène intérieures pour une clientèle parisienne et américaine. Elle mixe alors essences rares et laques, motifs japonisants et abstractions géométriques dans ses décors. Elle réalise la table Bilboquet, la table Lotus, le paravent à quatre feuilles Le Destin, le Fauteuil aux Dragons acquis par Yves Saint Laurent. Ses créations sont d'une sophistication rare, car Eileen Gray a le souci du détail. 1921, elle ouvre la galerie Jean Désert à Paris pour présenter ses scénographies. Parmi elles, la "Chambre à coucher boudoir pour Monte-Carlo" fait sensation au Salon des Artistes Décorateurs de 1923. Ses inspirations de Stijl et fonctionnalistes y sont déjà présentes.

De la décoration à l'architecture, Eileen Gray franchit génialement le pas

L'architecte roumain Jean Badovici, créateur de la revue avant-gardiste L'Architecture vivante, est séduit par la femme et la créatrice. Avec son aide, elle réalise pour lui les plans de la villa E 1027 à Roquebrune au bord de la Méditerranée. Bien des années plus tard, en 1952, Le Corbusier édifiera son Cabanon à quelques mètres de là. La maison est emblématique de l'architecture moderne. Les espaces sont polyvalents grâce à l'agencement des meubles pliants ou escamotables et la mobilité des cloisons. L'objectif d'Eileen Gray est que chacun des habitants puisse se sentir libre et indépendant. La villa, classée monument historique, est aujourd'hui ouverte au public comme son voisin, le Cabanon de Le Corbusier. Eileen Gray a d'autres constructions à son actif, atelier d'artiste, maison d'habitation ou centre de vacances.