Ettore Sottsass, des créations telles des architectures

Un esprit libre habite Ettore Sottsass. Ce touche-à-tout de génie a su bousculer les idées établies des fonctionnalistes. Avec lui, un vent nouveau a soufflé sur le design des années 1980.

Biographie

Date de naissance 14/09/1917
Lieu de naissance Innsbruck
Pays Autriche
Décès 31/12/2007

Ettore Sottsass, de l'architecture au design

C'est naturellement qu'Ettore Sottsass, fils d'architecte, marche sur les traces de son père. Très jeune, il quitte son Autriche natale pour étudier à l'école polytechnique de Turin, il en sort diplômé en 1939. Pendant ses études, il rencontre le peintre Luigi Spazzapan dont les recherches axées sur la couleur sont à l'opposé de l'enseignement académique reçu par le jeune homme. Après la guerre, déçu par les projets d'architecture qu'on lui demande, Ettore Sottsass préfère se consacrer au design plus propice à l'expression de sa créativité et de sa polyvalence. Il ouvre sa première agence en 1947 à Milan.

Les années Olivetti

1956 marque la rencontre d'Ettore Sottsass avec Olivetti qui cherche un designer pour son département d'électronique. Il se voit commander, entre autres, l'ordinateur Elea 9003, qu'il aborde comme "un paysage électronique". Cette grosse machine colorée lui vaut le Compasso d'Oro en 1959. Le designer dessine plusieurs modèles de machine à écrire aux formes rectilignes. En 1969, le Pop Art bat son plein, Ettore Sottsass conçoit La Valentine, une machine à écrire portative rouge vif, au mécanisme visible. Dans la même veine, le designer imagine un principe modulaire pour le mobilier de bureau.

Ettore Sottsass, de l'anti-design à Memphis

Depuis les années cinquante, le design a pour leitmotiv "séduire pour mieux vendre". Au milieu des années soixante, la contestation anti-consumérisme se manifeste aussi dans le monde du design. L'anti-design prône une nouvelle façon d'habiter avec un système modulaire dont les éléments sont économiques et pratiques avant tout. Ettore Sottsass présente des containers à l'exposition du MoMA de 1972, The New Domestic Landscape au MoMA. Ces années-là, le monde de la création est en effervescence. En Italie, le groupe Alchimia, fondé par Alessandro Mendini, rompt avec le design industriel. La poésie et les couleurs s'imposent, les réalisations artisanales reviennent sur le devant de la scène. Ettore Sottsass, inspiré par ce nouveau courant, fonde Memphis en 1981. Il trouve les appuis nécessaires pour créer un mouvement d'envergure. Composé de jeunes designers comme Matteo Thun, Aldo Cibic ou Michele De Lucchi, Memphis provoque un choc au Salon international du mobilier de Milan avec ses pièces uniques. Polychromie, associations de matériaux détonnantes, revêtements particuliers, l'univers du groupe est joyeux, impertinent, volontiers kitsch. Avec lui naît le Nuovo Design. Parmi ses créations, le meuble de rangement Beverly, le meuble totem Casablanca, la lampe Tahiti ou encore l'étagère Carlton sont devenus mythiques. En parallèle, Ettore Sottsass continue de créer pour l'industrie et l'architecture dans le cadre de l'agence Sottsass Associati. Il collabore avec Apple, Siemens, Alessi, Fiat comme pour la marque Esprit.La créativité d'Ettore Sottsass s'exprime également dans le domaine de la bijouterie, de la céramique, de la verrerie ainsi que dans celui de l'architecture.