Qu'est-ce qu'une maison écologique ? Deuxième partie : la maison naturelle

En construisant des maisons écologiques, nous cherchons à réduire l'impact de la pollution sur l'environnement et sur la santé des occupants des lieux d'habitation. Les principales tendances écologiques sont la maison performante, la maison naturelle et la maison bioclimatique. La solution idéale est à rechercher quelque part à la croisée de ces trois approches.

Dans notre dernière chronique, nous vous avions présenté la maison performante. Aujourd'hui, c'est la maison naturelle qui est au programme.

La maison naturelle

S'il peut sembler évident de lier naturel et écologique, nous constatons que la plupart des maisons dites écologiques n'utilisent les matériaux naturels que de façon marginale et ce, en raison même de la prépondérance actuelle du facteur de performance.

Dans ces maisons, nous obtenons généralement d'excellents résultats énergétiques en ayant abondamment recours à la fibre de verre et au polystyrène et en mettant en œuvre des systèmes technologiques de plus en plus évolués. A l'inverse, dans une maison naturelle, nous cherchons, au contraire, à utiliser des matériaux peu transformés et des systèmes non manufacturés et non polluants.

Performance et énergie grise

Cependant, nous pensons qu'au delà de toute conviction idéologique, le caractère naturel est amené à devenir rapidement un des enjeux incontournables de la construction écologique. En effet, si les progrès réalisés en matière de performance permettent de réduire très significativement le poids de l'énergie nécessaire au fonctionnement de la maison, il reste aujourd'hui à améliorer l'autre source importante de nuisances pour l'environnement : l'énergie grise. Utilisée pour la construction même, elle représente la quantité d'énergie entrant dans la fabrication, le transport et la mise en œuvre des matériaux. C'est ici que les matériaux naturels vont pouvoir trouver leur véritable justification. En effet, ils demandent peu de transformation et peuvent être produits localement.

Les solutions

Les matériaux d'origine végétale comme le bois de construction ou les fibres végétales utilisées en isolation offrent, en outre, l'avantage d'emmagasiner du CO², ce qui compense le CO² dispensé pour leur mise en œuvre (voir notre chronique sur la construction bois).

Les matériaux naturels utilisés en finition participent à la création d'un environnement plus sain et évitent de dégrader la qualité de l'air à l'intérieur des logements.

Enfin, des systèmes naturels, utilisés pour la récupération et le traitement de l'eau par exemple, peuvent aussi limiter les besoins de recours à des technologies ou à des infrastructures elles-mêmes sources de pollution.

Image © Elodie Rothan / Le Journal des Femmes