Leçons de couleurs en déco Les conseils couleur et déco d'un expert

L'architecte Marie-Pierre Dubois Petroff est partisane de l'utilisation des couleurs dans la maison. Elle nous explique pourquoi et comment bien les utiliser.

Faut-il oser la couleur chez soi ? 
Marie-Pierre Dubois Petroff : Oui ! Tout le monde a envie de couleurs, mais les gens sont trop timides et n'osent pas. La "peur de se tromper" est l'argument privilégié et favorise le choix d'harmonies très classiques sous prétexte que "ça ne se démode pas". Pourtant, la décoration offre une totale liberté, débarrassée de notions de "bon goût" un peu étriquées et de règles imposées. Paradoxalement, il semble qu'une telle liberté rende le choix et le passage à l'acte encore plus difficiles. J'aimerais voir les gens se "lâcher" davantage. Pour passer à l'acte en douceur, je propose souvent de ne peindre qu'un seul mur de la pièce en couleur. C'est très simple à réaliser et à recommencer si le résultat n'est pas satisfaisant? mais cela arrive rarement !  

Comment choisir la couleur qui correspond à notre attente ?
M.-P. D. P. : Il faut faire confiance à notre instinct. Certaines couleurs nous "parlent" plus que d'autres. On peut aussi choisir les couleurs en fonction de l'orientation de la pièce. Ainsi, une orientation sud offre une belle luminosité chaude qui autorise à peu près tout, même des couleurs un peu froides comme les bleus clairs ou les gris. Quand on n'est pas très à l'aise avec les couleurs, on peut choisir un camaïeu en associant des couleurs de la même famille : trois bleus, trois verts ou trois jaunes? Il est quasi impossible de se tromper. Une autre possibilité est de tenter le contraste qui oppose deux couleurs. La démarche est plus osée : certains vont adorer, d'autres détester... 

Est-ce qu'il y a des couleurs réservées à certaines pièces ?
M.-P. D. P. : Je ne le pense pas. Ce qui est sûr, c'est que les couleurs ont un effet sur nous. Certaines vont nous tonifier, d'autres nous apaiser, mais ce ne sont pas les mêmes pour tout le monde : le rouge énerve certaines personnes et en dynamise d'autres. Il n'y a pas de règles, c'est purement personnel. Ce qui compte, c'est de se sentir bien et en harmonie avec le lieu. Cependant, on peut se permettre plus d'audace dans les petites pièces qui gagnent ainsi en caractère et, en revanche, y aller plus doucement dans les pièces de séjour pour ne pas se sentir agressé. 

Faut-il limiter le nombre de couleurs dans une même pièce ?
M.-P. D. P. : Trois couleurs, c'est bien. Au delà, cela risque de devenir fatiguant pour les yeux. Une fois encore, le camaïeu est le plus facile à aborder, mais on peut tenter des harmonies plus subtiles composées à partir de trois couleurs. La réussite repose sur l'équilibre des couleurs entre elles : l'une d'elles est dominante (environ 80%) et peut par exemple couvrir les murs, la seconde vient en complément (15% des surfaces) et la troisième arrive en touches ponctuelles (les 5% restant) pour dynamiser l'ensemble. Si la première couleur peut être celle des murs, les deux autres peuvent être apportées par des accessoires (coussins, rideaux, housses de couette?), permettant ainsi de changer facilement l'ambiance de la pièce, pourquoi pas en fonction des saisons ! 

Est-ce qu'il y a des couleurs qui ne vont pas du tout ensemble ?
M.-P. D. P. : A mes yeux, il n'y a pas de couleurs laides, mais seulement des couleurs mal assorties. Les couleurs opposées peuvent parfaitement fonctionner car elles sont complémentaires. Mais il faut apprécier les contrastes ! En général, les associations de couleurs d'une même famille (bleu, rouge, vert, jaune?) ou d'un même groupe (froides ou chaudes) fonctionnent très bien à l'exception peut-être des gris et des beiges. S'ils s'harmonisent toujours bien les uns avec les autres, ils sont plus compliqués à assembler entre eux. Il y a tant de nuances subtiles de gris ou de beiges que l'association peut facilement être ratée si elle ne bénéficie pas d'un "œil" exercé. N'oublions pas que la perception des couleurs varie beaucoup en fonction des individus, en fonction de l'éducation, de la culture ou de l'âge. Tout le monde sait que le bon goût des uns est aussi le mauvais goût des autres? 

Et quelle peinture utiliser pour colorer son intérieur ? 
M.-P. D. P. : Jusqu'à récemment, on trouvait essentiellement deux types de peintures : la peinture glycérophtalique, dite "à l'huile", et la peinture acrylique, dite "à l'eau". La première s'avère très polluante car elle contient des solvants (COV : composés organiques volatiles). Ces derniers se volatilisent dans l'atmosphère, ils sont absorbés par les matériaux de la pièce qui les restituent au fil des mois. Longue à sécher, elle a une forte odeur. Quant à la peinture "à l'eau", elle ne sent quasiment pas, sèche en une demi-heure et contient moins de COV. Toutefois, son séchage rapide permettant un réinvestissement quasi immédiat des lieux, les COV sont inhalés avant leur totale disparition. Heureusement, il y a aussi les peintures alkydes, sans solvant, plus respectueuses de l'environnement et de la santé. On leur attribue le pouvoir couvrant des peintures glycéro et l'absence d'odeur des acryliques. Le mieux est de rechercher le label NF environnement.

Vous avez envie de poser une question ou de partager vos idées ? Rendez-vous sur le Forum Déco !

(Propos recueillis par Palmyre Mégard en juin 2005)

Sommaire