Le truc à chiner : la dame-jeanne

Bonbonne artisanale du XVe siècle et objet déco incontournable des années 1970, la dame-jeanne revient depuis quelques temps dans nos intérieurs. Et nous, on adore, c'est LE truc à chiner du moment.

Le truc à chiner : la dame-jeanne
© Elodie Rothan

La p'tite histoire de la dame-jeanne. Plusieurs histoires tournent autour de cette grande et grosse bouteille en verre dont une histoire de Dame, évidemment. Il était une fois une reine, Jeanne, chassée de son royaume de Naples, qui vint se réfugier en 1347 dans son comté de Provence via Draguignan. Surprise par un orage violent, elle se réfugia alors dans le château d'un gentilhomme verrier au hameau de Saint-Paul-la-Galline-Grasse. Après y avoir passé la nuit, la reine voulut découvrir comment il fabriquait les flacons. Le verrier, quelque peu troublé par sa présence, souffla dans le mors de sa canne et réalisa une bouteille énorme qui fit l'admiration de tous. Il décida du coup d'en lancer la fabrication et appela ces bouteilles "reine-Jeanne". Mais la souveraine, modeste, suggéra de lui donner simplement le nom de "dame-jeanne". Afin de protéger cette grosse bouteille, comme rhabiller une dame dénudée, le verrier la couvrit d'osier. C'est joli non ?

Dans une entrée © Elodie Rothan

Une autre histoire, plus terre-à-terre, parle du mot "dame-jeanne" qui viendrait de la ville persane de Damghan, connue pour sa fabrication d'objets en verre. Le mot est alors parvenu en Europe grâce au commerce avec les Turcs ("damacana") et les Arabes ("damagana"). De l'occitan "damajano", le mot se transforme ensuite en "damajana"en catalan. En France, il apparaît sous la forme de "dame-jane" chez Corneille en 1694. Puis en 1701, une variante humoristique fait son apparition : la "dame-jeanne", corrélation osée entre le prénom féminin "Jeanne" et la forme rebondie de la bouteille. A l'origine et dans tous les cas, elle servait à transporter du vin et de l'eau de vie, et pouvait contenir une dizaine de litres.

Combien ça coûte ? Entre 15 euros et 150 euros sur BrocanteLab ou entre 5 euros et 115 euros sur Leboncoin selon la taille, ce qui l'entoure et son état.

Qu'est-ce que j'en fais ? A l'origine, une dame-jeanne est une bonbonne en verre sans anse, soit une grosse bouteille de forme cylindrique ou sphérique à goulot étroit, qui servait initialement à conserver et transporter des liquides comme l'alcool, l'huile, le vinaigre et autres jus en tout genre. Et elle est encore utilisée comme telle parfois. On peut également la trouver en grès et elle est souvent recouverte d'osier, de grillage métallique ou de bois. En matière de décoration, cette bonbonne était l'objet incontournable des années 1970. Aujourd'hui, elle réapparaît dans nos intérieurs et nos extérieurs, particulièrement sous sa forme initiale en verre. On l'utilise en vase par exemple. Pour cela, il suffit d'ajouter une branche de feuillage ou des branchages de bois séché. Elle se transforme également en luminaire en ajoutant une guirlande ou une ampoule avec ou sans abat-jour. Même seule ou accompagnée d'autres dame-jeannes, elle devient un réel accessoire design et rétro tout en finesse et légèreté, à dénicher sur les brocantes. Cette bonbonne artisanale est aujourd'hui l'atout déco vintage qu'elle soit sur votre terrasse ou dans toutes les pièces de la maison.

Dans cet escalier en pierre, les deux dame-jeannes apporte de finesse © Elodie Rothan
Ici, la légèreté de la dame-jeanne en composition avec le vase contraste avec le côté rustique de la table © Elodie Rothan
Dame-jeanne en verre coloré transformé en vase grâce à une simple branche d'arbre © Elodie Rothan
La dame-jeanne classique dans son environnement d'origine : la cave à vins © Elodie Rothan
En extérieur et sans fioriture, la dame-jeanne devient un accessoire design et rétro à la fois © Elodie Rothan

Découvrez d'autres "trucs à chiner" :