Le truc à chiner : le buffet en Formica

Incontournable des années 1950 et 1960 et absent depuis les années 1970, le Formica dans tous ses états est de retour dans la tendance rétro qui envahit nos intérieurs. Le buffet en Formica est LE truc vintage à chiner.

© Banaboroseleblog.canalblog.com / Pinterest

La p'tite histoire du Formica. Qu'est-ce que le Formica ? Ou, plus exactement, qu'est-ce que le "plastique stratifié" de Formica ? Ce dernier est un assemblage de 10 ou 20 feuilles de papiers kraft superposées que l'on imprègne de résine de synthèse et pressées à chaud grâce au système de polymérisation (une réaction chimique entre le pétrole et la chaleur qui durcit la résine). Ce matériau a été inventé à Cincinatti aux Etats-Unis en 1913 par deux ingénieurs électriciens, Herbert A.Faber et Daniel J. O'Conor, qui cherchaient un isolant électrique pour remplacer le Mica. C'est d'ailleurs de là qu'il tire son nom "For Mica", "à la place du Mica" en français. En 1927, ils ont l'idée de placer un plateau en résine mélamine à la surface et, ainsi, de transformer ce produit technique en déco. Il fait alors rapidement irruption dans tous les foyers américains de la cuisine à la chambre. Importé en France au début des années 1950 (ouverture de l'usine Quillan dans l'Aude en 1951), il est vite repéré pour sa facilité de manipulation et remporte immédiatement un grand succès auprès de la classe populaire. Après la guerre, les femmes, nouvellement sur le marché de l'emploi, veulent un matériau rapide à nettoyer dans la cuisine. Élégant pour l'époque, léger et résistant, facile à entretenir, pratique et pas trop cher, il était alors idéal. Et en plus, il ne craignait ni l'eau, ni la chaleur, ni la graisse et existait dans tous les coloris. La France d'après-guerre, et pendant trois décennies, est Formica de la chaise au buffet. Puis, c'est la chute.

Le Formica, devenu un nom commun comme "Frigidaire", subit la hausse des coûts des matières plastiques après le choc pétrolier de 1973 et suite au retour du naturel, et donc du bois. Le plastique stratifié, symbole des 30 Glorieuses, devient ringard. Malgré une tentative des designers d'imiter le bois, les usines ferment. Quillan, en France, met la clé sous la porte définitivement en 2004. Rachetée en 2007 par une société néo-zélandaise, Fletcher Building, qui fait l'acquisition du groupe Formica, elle est spécialisée dans les revêtements laminés. Aujourd'hui, le Formica est utilisé dans les aménagements de magasins, pour les collectivités, les hôpitaux, les cantines, ou les cloisons. Côté environnement, Formica Group a obtenu la certification Greenguard en 2011 et leurs laminés sont certifiés FSC depuis 2013. Il existe une vingtaine d'usine dans le monde dont cinq en Europe.

A chiner : le buffet en Formica © merciginette.canalblog / Pinterest

La p'tite histoire du buffet. L'ancêtre du buffet était un ensemble de deux coffres médiévaux superposés créé au début du Moyen-âge. On y exposait la vaisselle et les objets de service de la table royale lors des banquets. Il était souvent mobile. A la Renaissance, il est appelé dressoir ou dressoir-buffet. Au XVIIe siècle, la taille des buffets diminue pour qu'ils puissent rentrer dans les habitations. A cette époque, il a plus ou moins d'étages. De son apparition jusqu'au XIXe siècle, il est de plus en plus sculpté. Il est l'un des principaux meubles de la tendance baroque. Au XXe siècle, il se renouvelle complètement dans de nouveaux matériaux, comme le Formica entre 1950 et 1975, et en plusieurs formes. Depuis ses débuts, le buffet reste une armoire destinée au rangement de la vaisselle, des couverts et du linge de table. On le trouve donc particulièrement dans les cuisines et salles à manger.

Combien ça coûte ? Entre 135 euros et 350 euros sur Broc & co, de 110 euros à 660 euros sur BrocanteLab ou de 40 euros à 1200 euros sur Leboncoin.

Qu'est-ce que j'en fais ? Dans un esprit vintage, industriel, pastel ou rockabilly, le buffet en Formica, bas ou à deux corps superposés, fait son grand retour ces dernières années avec les tendances rétro des années 1950, 1960 et 1970. Il nous rappelle les cuisines de nos grand-parents mais aussi les décors des films tels que Grease et Pulp Fiction (et tous ceux avec John Travolta en fait) ou des séries comme Mad Men et That 70's show. Aujourd'hui, il s'adapte à n'importe quel intérieur de la campagne à la ville. Le Formica s'harmonise également avec tous les autres matériaux du bois à l'acier, il est parfait dans une ambiance mix and match. On l'apprécie pour son style original. Coloré, il met du peps à notre déco. Rose, jaune, bleu ou vert, il change des meubles classiques. On l'aime toujours autant pour son côté pratique, facile à entretenir et qui ne craint rien. Il est idéal lorsqu'on n'aime pas le ménage, ou lorsqu'il y a des enfants dans la maison. Le buffet étant à l'origine une sorte de vaisselier, on le retrouve encore aujourd'hui dans la cuisine mais on peut également l'utiliser en rangement déco dans l'entrée. En un seul corps, on le choisit plutôt à trois portes et à deux corps, plus il a de portes, plus il a de charme. Entre les deux corps, on pose paniers, vases ou photos pour casser son aspect parfois massif. Véritable souffle rétro à lui tout seul, on adopte aussi le Formica en chaise ou en table pour une déco vintage du plus bel effet.

Attention : lorsque vous chinez de vieux meubles en Formica : ils sont parfois recouverts d'une résine de mélamine formol qui se décompose avec le temps (comme certaines peintures). Cette dernière libère alors du méthanal, soit une sorte de gaz incolore et inflammable dégageant une odeur âcre, dans l'air. Pas de panique, il est juste conseillé d'aérer son intérieur ou d'acheter des plantes aux vertus dépolluantes. Un peu d'air et de verdure, ça ne fait pas de mal !