Le truc à chiner : la machine à écrire

Inventée il y a 300 ans, la machine à écrire est aujourd'hui un véritable vestige du passé. Et comme tout objet rétro, il a sa place en déco. Vite, on chine un modèle !

Le truc à chiner : la machine à écrire
© Juliana de Giacomi

La p'tite histoire de la machine à écrire. C'est en 1714 qu'un premier brevet est déposé aux États-Unis pour un modèle de machine à écrire à cadran. Il faudra attendre 1833 et le Français Xavier Progin pour voir apparaître les touches sur les machines. À chaque lettre ou symbole correspond alors une barre de frappe actionnée par les touches à levier. En 1870, la première machine à écrire est commercialisée et s'en suivent de nombreuses évolutions : la possibilité de taper en minuscule et pas qu'en majuscules, le papier visible permettant de suivre le texte et enfin, l'optimisation des touches. En effet, pour éviter que les touches ne s’emmêlent et se bloquent, le clavier a dû être adapté par langue, selon l’occurrence des lettres utilisées. C'est pourquoi, en langue française on utilise un clavier Azerty et en anglais un clavier Qwerty (auparavant Dhiatensor). Au XXe siècle, la machine à écrire (notamment de la marque Remington) se démocratise à la faveur d'améliorations (machine électrique, ruban correcteur, machine électronique...) avant que l'ordinateur ne lui vole la vedette. En 2011, la dernière usine qui fabriquait des machines à écrire dans le monde a fermé ses portes à Bombay. Depuis, les mécascriptophiles - collectionneurs de machines à écrire - se multiplient.

Combien ça coûte ? Selon les modèles, de 30 euros pour un modèle décoratif sur Selency ou les brocantes en ligne jusqu'à plusieurs centaines d'euros pour des modèles rares et fonctionnels.

Qu'est-ce que j'en fais ? Laissée dans son jus, votre machine à écrire chinée et vintage trouvera sa place comme objet décoratif sur une étagère, sur un bureau ou un secrétaire. Aussi, n'hésitez pas à la mixer à d'autres objets rétro pour un bel effet ou à des pièces plus originales dans un style cabinet de curiosités. Les nostalgiques pourront chiner un modèle fonctionnel et envoyer des missives enflammées à leur bien-aimé(e). 

La machine à écrire, parfaite dans un style industriel-atelier © Elodie Rothan
Un couloir de bric et de broc © Elodie Rothan
Objet décoratif par excellence, on adopte la machine à écrire © La Bruyère