Habit rouge pour maison ensoleillée : en savoir plus

Partager Habit rouge pour villa ensoleillée sur

Une architecture à vivre

Au départ du projet, il y eut l'acquisition d'un terrain, rare à Marseille, vierge, d'une dimension de 100 mètres de long sur 20 mètres de large, rejoignant deux voies de circulation. En association avec trois de ses confrères, l'idée était de construire sur cet espace défini quatre maisons indépendantes. Face à ce problème urbain, toutes les configurations furent envisagées. En fonction de l'orientation du terrain et des impératifs d'accessibilité, il fut décidé de créer un passage étroit au nord desservant chacune des quatre maisons, dont les dimensions furent alors réduites à une surface de 24,5 de long sur 6 mètres de large.

Travaillant sur la lumière, la chaleur et le vis-à-vis, Maurice Padovani dessina, pour sa maison, un plan simple avec au nord, une façade pratiquement close et, au sud, un ensemble complexe de modules aux fonctions bien définies. Sous une structure de béton en légère avancée, coupant ainsi les rayonnements solaires en été, la façade se compose, au niveau supérieur, d'une passerelle fermée par des persiennes et, au niveau inférieur, d'une succession d'écran, de baies vitrées et de volets coulissants.

A l'intérieur, l'architecte joua des couleurs et des volumes pour maximiser la sensation d'espace. Le salon intime, sombre et bas de plafond, se dilate en une cuisine et une salle à manger aux vastes proportions. Des murs de couleurs, prolongés sur l'extérieur, agrandissent visuellement la pièce et créent une impression de continuité. A l'étage, le même phénomène s'accomplit avec une passerelle habillée de bois qui prolonge l'espace intime du bureau et des chambres.

 

Informations pratiques

Maurice Padovani
Architecte d'intérieur

Sur le web : padovani.fr

 

Voir aussi

Une architecture au look seventies