Bien échanger sa maison "Les personnes ouvertes aux autres font les meilleurs échanges"

Anne M. Babkine a créé avec son mari Tony DiCaprio le site d'annonces d'échange de maisons 1stHomeExchange ou Echangevacances, en version franco-anglaise. Une version italienne sera mise en ligne très prochainement.

 

Qui est fait pour l'échange de maisons ?

Les personnes qui sont ouvertes aux autres et qui sont tolérantes font les meilleurs échangistes. Ce sont des personnes qui supportent très bien les différences d'environnement, de culture et de convictions et qui ne sont pas surprises d'adopter temporairement un autre mode de vie puisque c'est ce qu'elles recherchent en adoptant ce type de vacances.

Quelle maison est échangeable ?

maison typique près de vinalès à cuba.
Maison typique près de Vinalès à Cuba. © Alice Aubert

Du studio en plein centre ville à la maison de banlieue en passant par le chalet, la yourte ou la péniche, tous les types de résidences s'échangent. Il suffit de trouver quelqu'un voulant échanger avec vous. On peut généralement dire que "qui se ressemble s'assemble". Un jeune couple avec enfants échangera facilement avec un autre jeune couple dans la même situation. Ainsi, les jouets, les vélos et les poussettes, pour ne donner que quelques exemples, feront aussi partie de l'échange.

Les maisons échangées doivent-elles être équivalentes ?

Les maisons ou les appartements ne doivent pas être nécessairement équivalents. Il n'est pas rare de constater que l'attrait d'un lieu touristique particulier peut compenser des différences d'habitat. Beaucoup de personnes recherchent un changement d'environnement pour les vacances, d'autres préfèreront trouver un milieu ressemblant plus à celui auquel elles sont habituées. Tout est possible.

Est-il nécessaire de passer par une agence ?

Non, pas nécessairement. L'avantage des agences, c'est que les gens qui y ont inscrit leur propriété sont motivés. En consultant les annonces, on peut d'emblée en savoir plus sur leurs propriétaires. Par contre, le service offert par ces agences n'est qu'un service de petites annonces car il est impossible de visiter des milliers de propriétés inscrites dans différents pays. Si c'était le cas, les frais demandés seraient beaucoup plus importants.

Doit-on conclure l'échange par un contrat formel ?

Certaines personnes ne jurent que par ce type de contrat, mais je dirais que beaucoup de gens échangent sans en avoir un. Le contrat en tant que tel n'a pas de valeur juridique. Il importe plutôt d'établir de bonnes relations avec les personnes avec qui on échange, avant et pendant l'échange, pour qu'en cas de pépin, tout le monde puisse contribuer à trouver une solution constructive au problème.

De quoi doit-on se méfier sur une annonce ?  

Il faut avoir l'impression que la personne ait un souci de transparence par rapport aux informations fournies dans l'annonce. Plus tard, lorsqu'il y a des communications de part et d'autre, il faut que le courant passe dès le début pour que les échanges d'information se fassent avec fluidité.

Si on a l'impression qu'on nous cache des choses ou qu'il y a quelque chose de louche, il faut passer à une autre annonce. Avec Internet, on peut vérifier beaucoup de choses. Par exemple, par les Pages Blanches et Mappy (MapQuest en Amérique) ou Google Earth, il est facile de vérifier qu'une adresse existe bel et bien et de voir des photos satellites de la maison qu'on aura en échange. De la même façon, avec un nom, on trouve beaucoup d'information sur le Web.

Sommaire